À propos du MIAM

Nietszche disait : « La métaphore n’est pas pour le vrai poète une figure de rhétorique, mais une image substituée qu’il place réellement devant ses yeux à la place d’une idée. ». La métaphore est ce qui fonde tous les arts, et plus encore les arts plastiques et picturaux, arts de l’image.

Après le MoMA, le MuMa, le MuCEM, le MAM, le Mamco, le MAC, le MAC/VAL, le MUDAC, le MAMCS, ou encore le SMAK (et ouais), voici donc le MIAM. Le MIAM, pour Musée Imaginaire des Arts et de la Métaphore, ou pour Musée Idéal d’Anthony le Magnifique (et non pas Soliman comme on le pense souvent), votre serviteur, le conservateur de cette galerie virtuelle, ou pour Monde Instinctif des Actes Magiques, ou pour Milieu Instable des Allusions Mentales, car Même sur Internet l’Âme se Manifeste. Nul ne sait précisément la signification de cet acronyme, comme nous ignorons la signification de maints autres acronymes, tel celui du Réseau Allégorique des Thématiques Parcellaires ou celui de l’Association Nihiliste des Provinces Elémentaires, que je viens de vous révéler, mystères impénétrables longtemps conservés (ce musée n’est pas garanti sans conservateur) et qui perdent de leur étanchéité (flash MétéoMIAM : le temps va tourner à la pluie ou à la neige (Pissarro et Caillebotte ont encore frappé), attention aux infiltrations).

Marqué par ces Images Absolument Merveilleuses, je construis mon musée idéal à partir des œuvres dont j’ai eu l’occasion de croiser le regard et qui peuplent mon imaginaire, traits de génie, Miroirs Infinis des Artistes Maîtres qui ne me lâchent plus après m’avoir illuminé une première fois. C’est la liste des œuvres dont je viderais les musées si j’étais maître du monde, pour les abriter dans une énorme construction aux allures de citadelle de Borges. Car si le MIAM n’existe pas et n’existera jamais, les œuvres exposées, elles, sont authentiques.

Elles sont ajoutées ici au fur et à mesure de mes réminiscences et découvertes : aucune logique ne préside à leur enchaînement. Vous trouverez donc toujours sur la page d’accueil, placées en tête, les dernières acquisitions.

Le MIAM : un musée imaginaire, un musée idéal, un musée parallèle, un musée personnel, un musée rêvé, un musée impossible, un musée virtuel, un musée quoi merde, le musée de mes rêves, mon musée, le musée mien et le musée de tout le monde. Pour imaginer le futur. Pour aller de l’avant, ensemble.

Grands Dieux ! On vient de m’avertir que le colonel Moutarde a été assassiné dans la Grande Galerie à coups d’autoportraits de Rembrandt (ou est-ce de Van Gogh ?). C’est le troisième ce mois-ci, sale temps pour les Dijonnais. Cela me donne faim tiens. Miam, si je puis dire !

Anthony Zec, conservateur du MIAM